+32 (0)10 24 80 69 - info@echoscommunication.org

n’GO n°20

Miguel de Clerck

Imaginez que vous êtes appelé(e) à coopérer. Qu’est-ce que vous rechercheriez en tout premier lieu ? Peut-être bien la confiance, cette source d’un minimum de prévisibilité et donc le socle d’une relation. La mettre en pratique ne va déjà pas toujours de soi avec cette personne récemment rencontrée. Que penser alors d’une relation avec un Etat, un Etat fragilisé de surcroît, un système façonné par les hommes qui paraît en même temps capable de les oublier ? Rien de fondamentalement différent : les systèmes réagissent comme des organismes vivants. La confiance reste donc essentielle. Et plus que jamais, vous aurez besoin de savoir écouter au-delà des mots, de dépasser vos préjugés. Une suggestion de lecture de ce numéro est de commencer à lire les outils pour que vous soyez équipé(e) avant d’aborder la complexité des relations avec les Etats fragilisés. Bon amusement.

 

Retrouvez dans ce numéro

 

Comment faire pour déconstruire les préjugés : Les préjugés, en avoir et l’accepter !

 Dans nos quatre premiers articles consacrés aux mécanismes cognitifs, il apparaissait que l’être humain est conditionné pour avoir des préjugés. Ces mécanismes puisent dans la mémoire pour forger des représentations qui, dans le cas des préjugés, sont négativement connotées. Ils sont à la fois extrêmement rapides — on parle en millisecondes — et la plupart du temps inconscients.

Coopérer sur des sables mouvants. Comment coopérer avec les Etats fragiles ?

Fragile, faible, instable. Ces qualificatifs n’ont rien de reluisant pour un Etat. Si ce n’est qu’ils permettent d’attirer des projets d’aide internationale. Qu’on le brandisse ou qu’on le cache, le label ‘Etat fragile’ fait de toute façon référence à des situations de grand besoin qui nécessitent une approche spécifique. Comment combiner légitimité et durabilité ?

Portrait : Nicola Vernon

Nicola a le vertige. Le saut en parachute, très peu pour elle ! Surtout si c’est pour débarquer avec des gros souliers en terre inconnue. Elle préfère emprunter les petits sentiers et se laisser guider par ses rencontres. Sa destination finale : un éden où il fait bon vivre. Cap vers le champ des possibles !

 

  • Après 5 ans et 35 éditions, n’GO opère une mue vers un format web ergonomique. Le traitement journalistique des contenus n’en sera que plus fréquent, plus pertinent et plus accessible.

    Rendez-vous en septembre pour cette nouvelle aventure !

    This post is also available in: Néerlandais Anglais

    Echos Communication

This post is also available in: Néerlandais Anglais