+32 (0)10 24 80 69 - info@echoscommunication.org

outil

Solution Focus. Utilisez ce qui marche!

Une révolution copernicienne dans la résolution de problème: la méthode Solution Focus met l’analyse du problème de côté et se concentre sur la situation souhaitée. Se moque-t-elle de nos préoccupations les plus graves? Si des processus aussi complexes que la consolidation de la paix obtiennent des résultats durables avec cette approche, elle ne peut qu’être digne d’intérêt… Solution Focus, simple but not easy.

Qu’est-ce qui fait progresser les gens en situation difficile ? Est-ce l’analyse des racines de leur problème, comme le suggèrent de nombreuses méthodes de problem solving ? Ou bien faut-il chercher dans une autre direction? Dans les années 80, les psychothérapeutes américains Steve de Shazer et Insoo Kim Berg, et par la suite toute une série d’autres praticiens, développèrent un constat remarquable. Des recherches poussées montraient en effet que leurs patients s’en sortaient beaucoup plus rapidement lorsqu’ils abandonnaient l’analyse du problème et se concentraient sur l’objectif qu’ils voulaient atteindre. Une véritable révolution, car aujourd’hui encore, la plupart des travailleurs sociaux et acteurs du développement préconisent une approche basée sur l’analyse des problèmes.

 La nature comme inspiration

red ant team work«Solution Focus reconnaît les problèmes et leur donne une place, mais leur analyse est laissée de côté sans que cela ait un effet sur le résultat, explique Liselotte Baeijaert, formatrice chez Ilfaro. La recherche sur le cerveau a montré que revivre une situation difficile augmente les sentiments négatifs ou les conflits. En soi, Solution Focus fonctionne de la même manière que la nature. Elle ne fait jamais une analyse du problème, mais recherche immédiatement la meilleure solution. Le problème et la solution sont d’un ordre différent. Ce n’est que dans des cas mécaniques qu’une compréhension de la cause peut faire partie de la solution, par exemple pour réparer une voiture défectueuse. Mais nous appliquons ce raisonnement, à tort, aux relations complexes entre les gens. Dans ce cas, la solution n’a souvent plus rien à voir avec la cause du problème. Souvent la solution se trouve out-of-the-box. Solution Focus se détache du passé et encourage les gens à rechercher ce qui fonctionne déjà dans le contexte actuel. Ensuite, l’attention est portée sur la façon d’améliorer la situation en utilisant leurs propres capacités.»

De bénéficiaire à expert

Anton Stellamans, également formateur à Ilfaro, travaille comme consultant pour des ONG actives dans la consolidation de la paix au Soudan, au Congo et au Kosovo. Il a découvert comment la méthode orientée vers des solutions peut débloquer des situations. «La consolidation de la paix et la coopération au développement ne sont pas des sciences exactes, mais une praxis, une interaction, une dynamique. Il n’existe pas de solutions uniques aux problèmes complexes. Solution Focus place les bénéficiaires dans le rôle de l’expert. En écoutant la vision qu’ils ont de leur futur et en cherchant avec eux les moyens qu’ils peuvent mettre en œuvre pour la concrétiser, on arrive à des solutions très différentes et surtout sur mesure. Combien de projets de développement n’offrent aucune solution à un problème inhabituel ? “Nous avons tout mis en œuvre, mais ils ne veulent pas”, entend-on alors. Mais nous sommes nous demandés quel était le changement véritablement souhaité par notre public cible?»

Une solution sur mesure

illu_pour_temoignage_Garssen1«Au Nord Kivu, j’ai participé à plusieurs conférences sur la construction de la paix. Beaucoup voulaient savoir comment on faisait en Occident. Mais avec Solution Focus, nous voulions savoir ce qui fonctionnait dans leur propre contexte, quelles étaient les sources d’inspiration qu’ils pouvaient trouver dans leur culture traditionnelle. Là où la juridiction occupe une place centrale chez nous, un modèle de conciliation s’avère plus efficace chez eux. En s’appuyant sur ceux qui étaient directement concernés, les anciens, les chefs de village, ils sont parvenus à définir leurs propres stratégies. Il s’agissait de méthodes qui avaient déjà fonctionné dans leur contexte et pouvaient constituer une base pour les étapes suivantes. Creuser les causes du conflit, les clivages entre tribus, langues et religions, n’a rien de productif.

À la simple question : “Imaginez que la paix règne ici, à quoi ressemblerait-elle ?”, les femmes ont exprimé le désir de se sentir en sécurité pour se déplacer et de pouvoir à nouveau cultiver leur manioc dans les champs au lieu de devoir se retrancher dans les bois. Le groupe a trouvé des solutions pratiques adaptées qui, à ce moment-là, apportaient une première différence. Ils déposèrent des vêtements et de la nourriture au bord de la route pour les rebelles. Ensuite, nous leur avons demandé à quoi ressemblerait la situation à un niveau supérieur. Penser étape par étape, en se basant sur ce qui fonctionne déjà, est l’une des plus grandes forces de Solution Focus.»

Comment ça marche?

Solution Focus est d’une simplicité désarmante, mais nécessite une mise en pratique très stricte. La méthode s’appuie sur quatre questions clés

Quel est le changement désiré?

Le coach n’ignore pas le problème, mais écoute de manière sélective. Il tente de repérer le plus rapidement possible ce que la personne veut changer. Difficile, car les gens formulent plus facilement leurs problèmes que le changement qu’ils désirent. Si la demande de changement est hors d’atteinte du groupe ou de l’individu, le coach reformule la demande d’aide à niveau atteignable.

Concrètement, à quoi ressemble le rêve?

La personne qui demande de l’aide décrit en détail la situation souhaitée. La clé est de repérer toutes les petites choses qui permettraient au groupe ou à l’individu de constater que la situation a changé.

Qu’est-ce qui fonctionne déjà, quels atouts possédez-vous déjà dans le contexte actuel?

L’accent est déplacé du rêve vers ce qui existe déjà. Les solutions sont construites en faisant usage de ce qui est déjà accessible à l’individu ou au groupe et positivement évalué. La devise : trouver ce qui fonctionne et en faire plus.

Qu’est-ce qui est nécessaire pour aller un pas plus loin ?

Les premières petites améliorations mettent les gens en mouvement, les motivent, leur donnent de l’espoir et de la force vers le petit changement suivant. Solution Focus ne planifie rien. C’est une des différences avec l’Appreciative Inquiry, une autre méthode orientée vers la solution. La solution croît en interne et ne peut être anticipée. Vous ne pouvez construire que sur l’étape précédente.

Les forces

Solution Focus…

  • Respecte l’autonomie du demandeur. Il est l’expert de son problème, de son désir de changement et de la solution. Solution Focus agit comme facilitateur : le coach ne juge pas, mais guide doucement la personne vers son désir.
  • Génère de l’espoir grâce à l’identification des petits pas et des solutions réalisables. Les demandeurs d’aide se sentent fortifiés lorsqu’ils retournent à la réalité parce qu’ils savent mieux où ils veulent aller.
  • Est coopérative et vise une solution gagnant-gagnant. Ceux qui préfèrent les modèles dans lesquels les jeux de pouvoir et la raison dominent, ne trouveront pas leur bonheur dans cette méthode.
  • Vise à un accompagnement aussi court que possible. Sans analyser le problème, les demandeurs d’aide arrivent plus rapidement à une solution et dès que l’amélioration se fait sentir, le coach se retire.
  • A fait l’objet d’études poussées sur son efficacité.

Les limites

Solution Focus n’offre pas de solutions toute faite ni d’expertise. Les personnes ou les organisations doivent être disposées à expérimenter le processus sans savoir à l’avance sur quoi il débouchera. La demande de changement est également essentielle. Solution Focus est un méta-modèle. Une expertise supplémentaire (par exemple juridique) est parfois nécessaire.

Témoignage

Bert Garssen, fondateur de Impuls Organisatieadvies (Solution Focus Training)

«Quand j’ai mis mon agence de consultance entre les mains de mon fils, l’approche m’a tellement enthousiasmé que je l’ai testée en tant que volontaire dans une école en Ouganda. La direction, les profs et les élèves ont tous accroché. Le système éducatif en Ouganda est très axé sur la reproduction des savoirs. Solution Focus stimule la créativité et les compétences sociales en partant des possibilités et des rêves. La conscience que chacun porte en lui des solutions donne beaucoup de confiance. Les élèves apprennent les uns des autres et l’enseignement s’en trouve enrichit. Les profs y ont aussi trouvé une nouvelle motivation. Aller à l’école est encore plus gai!»

Nico Plooijer, programme de construction de la Paix au Sud-Soudan chez Pax Christi

«Au Sud-Soudan, je laisse mes collaborateurs finaliser le budget. Avant, ils ne comprenaient pas grand’chose aux chiffres, mais avec Solution Focus, ils décident eux-mêmes des priorités et savent quels sont les moyens disponibles. Ainsi, tout le monde comprend et soutien chaque décision. Sur le terrain, mon staff travaille à la construction de la paix entre deux groupes rivaux via la question miracle. On ne perd pas de temps dans l’analyse, mais on s’attache à la description détaillée des effets du changement souhaité. Traditionnellement, les Soudanais accordent beaucoup d’importance à la consultation. La méthode n’en est que plus forte.»

Lily Deforce, directrice de Max Havelaar Belgique

«S’orienter vers les solutions n’est pas une technique, mais plutôt une manière de vivre positive. Cela donne des ailes aux gens car les éléments positifs ressortent, tandis que les problèmes amènent toujours des coupables. Le coaché prend toutes les responsabilités mais l’évolution est échelonnée: on passe de trois à quatre, pas de trois à dix… Chez Max Havelaar, je pose la question miracle avant une réunion difficile pour identifier plus facilement ce qui marche déjà. Et ça ne demande pas de grande révolution. Les changements existent déjà en germe. Il suffit de les découvrir et de les développer. C’est à ça que sert Solution Focus.»

La question miracle

La question miracle permet aux gens de rêver à ce que serait leur vie si leur problème était résolu. On part d’une mise en situation: pendant que vous dormez un miracle se produit. Vous n’en savez rien, mais quand vous vous réveillez, à quoi remarquerez-vous que quelque chose a changé? La question est particulièrement efficace pour arriver à une description détaillée de la situation souhaitée. Le rêve sort les gens de leurs problèmes. Ce n’est pas facile, car nombre d’entre eux ne se sont jamais représenté la situation idéale. C’est pourtant indispensable pour donner une chance à ce rêve d’exister.

Ne pas réparer ce qui n’est pas cassé

Cet adage est l’une des idées fondamentales de Solution Focus. Ne pointez pas ce que la personne en question ne vit pas comme un problème. De nombreuses situations, par exemple dans le Sud, semblent problématiques pour un observateur externe, mais en réalité ne le sont pas. Le bien-être ne doit pas être perturbé. Solution Focus ne traite que des aspects que la personne veut voir changer.

Pour aller plus loin

Formation

Ilfaro, centre de formation à la méthode www.ilfaro.be

Lecture

[FR] Clés et solutions en thérapie brève Steve de Shazer, Satas (1999).

[EN] Coaching Plain & Simple. Solution Focused Brief Coaching Essentials Peter Szabo & Daniel Meier, Norton (2008).

[EN] Resilient People Liselotte Baeijaert & Anton Stellamans, Resilient Teams (2011).

Online

www.sfbta.org