+32 (0)10 24 80 69 - info@echoscommunication.org

Du paradoxe de l’appropriation réussie
Echos news

Du paradoxe de l’appropriation réussie

Lors de ma dernière visite de notre programme Coaching Territorial au Maroc, cela m’a frappé de ne voir presque pas apparaître le logo d’Echos Communication de manière isolée, mais toujours noyée dans une multitude d’autres logos. Cela m’a également frappé de ne pas pouvoir parler de « notre » programme à nos interlocuteurs, sous peine de les voir s’offusquer de voir une association s’attribuer des lauriers partagés.

Pourquoi cela m’a-t-il frappé ? Parce que la logique institutionnelle d’une ONG est la notoriété : plus l’on nous voit, plus nous existons.

Aux yeux de la population, ce raisonnement reflète plutôt une logique humanitaire : des héros venus d’ailleurs sauvent et assistent. Or, la raison sociale d’Echos Communication est de promouvoir le développement. En nous mettant en avant, nous risquerions de prendre la place de ceux qui doivent légitimement et durablement y être : les autorités locales, la société civile, les entrepreneurs économiques, les citoyens, etc.

Aux yeux des bailleurs de fonds, c’est potentiellement un problème. Pour l’anecdote, il y a quelques années, nous avons eu la visite de notre bailleur de fonds principal. Fidèle à notre approche, le rôle de notre expatrié a été mis en retrait : il n’intervenait que rarement dans les prises de parole, laissant le soin aux partenaires et publics-cibles de présenter et de répondre aux questions. Nous avons tellement bien fait les choses que la conclusion du représentant du bailleur de fonds est qu’Echos Communication n’avait aucune valeur-ajoutée.

Là est bien le paradoxe de l’appropriation réussie : elle est réussie lorsque les partenaires s’emparent complètement le projet, à tel point que toute possession exclusive par l’un des partenaires, y compris l’ONG, serait assimilée à quelqu’un qui part avec la caisse. C’est comme si un consultant ou un coach s’appropriait personnellement le succès d’une organisation dans laquelle elle/il est intervenu(e). Et tant pis pour les considérations institutionnelles. Une grande leçon d’humilité.

Miguel de Clerck