+32 (0)10 24 80 69 - info@echoscommunication.org

n’GO n°28

Miguel de Clerck

Si l’objectif majeur de l’action est une expression de la solidarité, les échanges humains passeront avant toute autre chose. En revanche, si l’objectif est un changement sociétal durable, la technicité prendra le pas… au risque d’occulter que c’est la rencontre qui influencera durablement la vision du monde chez chacun des intervenants. Les jugements apparaissent lorsqu’il y a incohérence entre les ambitions et les actions! Le dossier de ce numéro devrait apporter des nuances sur quelques contradictions bien ancrées dans le secteur de la coopération
J’ai aussi le plaisir de vous présenter Mostapha Mataaoui, un homme ordinaire qui a une vision extraordinaire et qui explique en toute simplicité son parcours de réflexion, de doutes et d’espoirs.
Malheureusement, les thématiques abordées par Echos Communication ont pris un sens dramatique ces dernières semaines. Ce numéro contient donc aussi un déchiffrage d’un mot que nous n’avions plus entendu si fréquemment depuis longtemps : le mot “haïr”; comment en arrive-t-on là et comment s’en prémunir?
Un numéro riche en diversité : bonne lecture!

Retrouvez dans ce numéro

Aide ardente, développement ardu ?

 Le secteur de la coopération est à un tournant. Le besoin criant d’empowerment et d’ownership a amené de nombreux organismes à amorcer une transition de l’aide de substitution vers un travail structurel. Parallèlement, les initiatives privées se multiplient, qui cherchent à soulager la misère de manière humaine et immédiate.
Les deux peuvent-ils cohabiter ?

Portrait : Bogaletch Gebre

Rien ne prédestinait Bogaletch Gebre, née dans une famille traditionnelle au sud de l’Éthiopie, à emprunter les chemins de la révolution. Si ce n’est une flamme inextinguible : Boge est une insurgée née. Mais attention: pour elle, pas de démolition sans reconstruction, pas de révolte aveugle, mais une tempête de renouveau, porteuse de sens.

Déconstruire les préjugés : épisode 13

 Mais comment est-il possible de haïr l’autre au point de tuer des femmes, des enfants, des hommes, sans distinction de leurs origines, de leurs cultures, de leur âge ? Cette question hante beaucoup de monde à l’heure des attentats sauvages et aveugles que vivent nos contrées. Avec deux corollaires : est-il possible de faire revenir vers plus d’humanité ceux qui sont passés de “l’autre côté” ? Et, si oui, comment ? Et d’autre part, comment éviter ce saut vers la haine ?

This post is also available in: Néerlandais Anglais